Animé-Land


 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DOSSIER SPECIAL ST SEIYA

Aller en bas 
AuteurMessage
Raven
Membre
avatar

Féminin Messages : 31
Date d'inscription : 27/12/2011

MessageSujet: DOSSIER SPECIAL ST SEIYA   Mer 11 Jan - 21:52

I-Introduction :
Depuis la nuit des temps, lorsque les Forces du Mal s’éveillent, des Chevaliers (Saints) vêtus de leurs armures font leur apparition pour protéger la Terre. On les appelle les Chevaliers d’Athéna.
Athéna a 88 chevaliers, chacun associé à une constellation stellaire. Ils sont regroupés en 3 castes, généralement selon leur force initiale : bronze, argent et or. Il existe une caste secrète de Chevaliers noirs qui combattent ceux d’Athéna et usurpent leurs pouvoirs.
Les autres dieux entrant en guerre ont eux aussi leurs armées : Marinas de Poséidon, Spectres d'Hadès, Guerriers d’Odin (dans la série d’animation uniquement), berserkers d’Arès …
Il existe plusieurs séries des chevaliers du Zodiaque, je vais vous les présenter selon le déroulement des événements de l’histoire et non selon leur date de parution.

Note rajout de Raven (tout ce qui est en comic est de raven): la série St Seiya comporte initialement une introduction (que pour simplifier je nommerai sanctuaire première partie) l’arc du sanctuaire (aussi appelé sanctuaire deuxième partie) la saga Asgard (à noter qu’elle apparait dans l’animé seul), la saga Poséidon, l’arc Sanctuaire troisième partie (qui marque le début du chapitre Hadès), les deux séries Inferno et pour terminer l’arc Elysion qui cloture le chapitre Hadès ainsi que l’œuvre. A noter que le chapitre ouverture sur Zeus a été réalisé par des fans et n’a pas de suite à ce jour (ainsi il n’apparait plutôt que comme une « fin » facultative proposée par des fans.



II-Critique
Lost Canvas :
Qu’il s’agisse du manga ou de l’animé on retient de cette série une grande qualité graphique. L’auteure emprunte le style de l’auteur original tout en y apposant son propre style ce qui fait vraiment la différence entre une série copié collé « faite pour le fric » et une série qui neuve tout en réutilisant de l’ancien, pour le plus grand plaisir des fans ou des non-initié à St Seiya. Coté animation nous sommes pas déçus par la bande son excellente et par quelques séquences magnifiques comme lorsque Asmita de la Vierge combat. Il se dégage une certaine fraicheur et un renouveau de la série, car bien que Tenma soit l’ancêtre de Seiya et Sacha l’ancêtre de Saori nous retrouvons et que les ressemblances physiques sont plus que frappantes nous retrouvons des caractères distincts ainsi l’auteure ne se contente pas de réutiliser les personnages la série originale. D’ailleurs contrairement à Seiya, si Tenma se bat c’est autant pour sauver Alone que Sacha. Contrairement à Saori, Sacha a même l’air de mieux maitriser la situation, certainement parcequ’elle a été formée à devenir Athéna plus tôt mais il en reste que lorsqu’on lui a annoncé la disparition de Yato et Tenma au début et que la guerre sainte était déclarée elle a su garder son sang froid et pris le commande des opérations. Contrairement à la série originale, les chevaliers du Cygne, du Dragon, du Phénix et d’Andromède n’apparaissent pas et les personnages secondaires (c'est-à-dire les Chevaliers d’Or , certains spectres et les amis de Tenma, ) sont bien mieux mis en avant et développés. D’ailleurs on retrouve des chevaliers là ou l’on s’y attend le moins comme le Chevalier de la Grue ou le Chevalier….de la Licorne ! (ca a étonné plus d’un de le voir parmi les persos principaux) d’ailleurs les compagnons du héros, Yato t Yuzuhira ne sont pas justes des personnages pour assurer l’équilibre, qui accompagnent le récit ou qui donnent une teinte de legerté au récit mais des personnages authentiques de même que pour les chevaliers d’or, qui pour la plupart, leur vie se résume à un combat, sont vraiment les personnages qui construisent le scénario et son bien développés (quoique trop bref pour la première saison ) on la ressent cette sympathie pour Manigoldo du Cancer, ou Aldébaran du Taureau !
De plus la vision ne semble pas si manichéenne que dans la première série car bien qu’il yait une séparation apparente entre gentil et méchant tous ne sont pas blancs ou noirs, de la même façon qu’un chevalier d’Athéna n’est pas miséricordieux ou qu’être un spectre d’Hadès ne signifie pas n’avoir aucune pitié et être une créature répugnante assoiffée de sang (comme il a été vue dans la partie 3 du sanctuaire de la série originale) comme le montre bien Kaghao, de plus ne sait pas de qui Alone possédé, ou les dieux jumeaux sont les plus ‘’maléfique s‘’
S’il faut chercher des points négatifs cherchons loin, la saison 1 est trop rapide par rapport à la seconde, je pense qu’elle servait d’avantage de test pour voir si le public allait accrocher avant de lancer la suivante d’où son coté rapide. Enfin retenons que le plus gros points négatif reste que 2 saisons de 13 épisodes c’est clairement pas assez meme si une troisième est annoncée à ce jour !
Bref Lost Canvas est une très bonne série, qui reprend des aspects shônen (comme la tradition de la technique suprême à hurler tout le temps, mais n’oublions pas que c’est St Seiya avant tout ^^ ), assez veille école mais néanmoins innovante qui vaut à elle seule le détour (ce qui est plutôt rare pour une préquelle).


Série originale (jusqu’à Poséidon)
Cela va paraître peut être assez logique pour certains, mais dans cette critique je ne traiterai pas de tout ce qui concerne l’animation. Cependant même si aujourd’hui elle peut paraître has been, notons le travail formidable des réalisateurs puisque jusqu’au chapitre Hadès, la série St seiya a été crée en 1986.
Saluons cette performance tout de même car elle est constituée de pas moins d’une centaine d’épisodes. Bref, car pour l’époque les combats, comme ceux d’entre Camus du Verseau et son disciple Hyoga était une prouesse, et les beaux paysages enneigés d’Asgard en mette un minimum plein la vue. Tout le monde le sait, St Seiya est l’un de ces shonens où les héros crient leur techniques, où ils font mumuse avec des rayons laser (bon ok c’est pas non plus le kamehameha mais nous n’y sommes pas loin), St Seiya fait partie de ces shônens où le héros a 15ans, ou l’on retrouve une place très importante du pouvoir de l’amitié. St Seiya c’est tout de même malgré ces défauts un pionner, dommage cependant qu’aujourdhui les shônens ne font que copier ces séries sans chercher à les améliorer (de mon avis je pense à Fairy Tail). Maintenant sortez de votre tête tous les stéréotypes qui peuvent être en rapport et lisez la critique.
Quand j’ai regardé St Seiya j’ai cru avoir halluciné. Je m’étais dit « ouais St Seiya c’est un manga des années 80, premier du genre, puisqu’il a contribué à faire les codes du shônen, s’il était sorti maintenant je pense que je l’aurais qualifié de stéréotype » Ouais St Seiya c’est un des premiers shônens grand public mais notons des aspects qui ne se démocratisent que seulement aujourd’hui !!
En effet, je ne dirais pas que la série admet l’égalité sur les sexes mais dans St Seiya dès le début, même si elles sont rares, il ya des personnages féminins qui sont presque au même niveau que les hommes (bon ok Shaina et Marin ne sont que chevaliers d’Argent) bien que les chevaliers d’or sont exclusivement masculins (même la Vierge !!) d’ailleurs le maître de Seiya c’est Marin, c’est elle qui lui a enseigné sa technique (qu’il s’est juste contenté de reprendre en ajoutant « Pegasus » dedans, qu’il est galant !) d’ailleurs l’aide apportée par Shaina dans Poséidon et Asgard s’est presque révelée décisive.
Concernant le sanctuaire première partie, cette partie est plutôt considérée comme une introduction où nous découvrons les personnages et leur origines, leur vie quotidienne. La course poursuite dans la ville pour retrouver l’armure d’or est sympathique, dès le début les caractères se précisent les personnages sont bien développés (par exemple pendant deux trois épisodes on suit la vie de Shiryu après qu’il ait perdu la vue et assiste à sa vie quotidienne, les impacts sur sa santé mentale (notament son sentiment de dépendance à l’égard de la demoiselle qui vit avec lui) , on voit tout de suite leurs faiblesses qui en soi ne sont pas intéressantes (je grossis beaucoup le tableau mais on sait d’emblée que Shun et Hyoga ont déjà un complexe vis-à-vis de leur famille XD) on sent des particularités des personnages : Hyoga qui est arrogant, Seiya le téméraire à la limite du suicide…. Les rebondissements et les combats de cette partie varient, permettent de ne pas avoir de début linéaire sans que la qualité des combats soit dégradée comme le combat de Shiryu contre le chevalier de Persée ect… Autre aspect positif, St Seiya est le seul manga que jai vu avec Tales of the abyss, où durant cette partie les combats sont tantot en solo tantôt groupés ainsi même en combattant l’ennemi number one of this arc (qui n’est autre qu’Ikki) le combat se fait à 4 mais il y’en a d’autres.
Malheureusement cette tendance ne poursuit pas ou presque pas par la suite (sauf pour les combats en duo).
Sanctuaire deuxième partie : on retombe dans quelque chose de très shônen c'est-à-dire la séparation des ennemis entre le groupe et le fameux « face à face » cependant les combats sont magnifiques comme le combat de Hyoga et Camus et Ikki contre Shaka. (rappel de date : sortie St Seiya 1986…) t le passage de la maison des gémeaux. D’ailleurs même si cette partie parait linéaire à première vue certains éléments vont être repris par la suite (Indice : il suffira d’attendre Poséidon et Sanctuaire troisième partie).
Asgard : cette saga je vais être honnête ne m’a pas tellement plu, car je la trouvais qui reprenait le concept sanctuaire, cependant les personnages sont vraiment bien développés non pas du coté Seoya comme on pourrait s’y attendre mais coté Chevalier d’Hilda. D’ailleurs chacun des chevalier est unique, possède sa propre histoire, sa propre identité. Ainsi un chevalier d’Hilda ne va pas combattre car pour Hilda mais pour sa propre raison, d’ailleurs un chevalier va combattre par amour à la princesse Freyja, sœur de la Princesse Hilda.
Poséidon : on assiste à des révélations qui après reflexion ne sont pas des révélations de dernières minutes notament le lien spécial entre l’un des chevalier de Bronze et Isaak, un général des mer, ainsi que l’apparition de Kanon… globalement malgré quelques combats en duo on retourne dans une répartition des ennemis mais notons qu’il y a une certaine originalité dans les combats tous les chevaliers ne combattent pas aux poings et parfois le combat nest pas juste physique…
Sur l’ensemble de l’œuvre : Ceci est à la fois un compliment à la série et une critique mais St Seiya est plein de personnages secondaires qui devraient être mis en avant et qui interviennent une fois ou deux dans l’animé. Je dirais pas qu’ils sont stylés mais je pense qu’un peu plus de developpement je pense sur Jabu de la Licorne, ou six autres chevaliers qui ont obtenus leur armure avec Seiya aurait été bienvenue.
Ce qui est neuf aussi dans cette série c’est que l’auteur n’hésite pas à tuer les ennemis dans les combats, même des chevaliers d’Athéna contre d’autres chevaliers. Généralement l’issue des combat est la mort, bien que prévisible ce qui est réaliste qu’aujourd’hui si on examine le cas de trois grands shônens comme Naruto One piece et Fairy tail, généralement la vie du méchant est épargné celui-ci se repent. Ou quand mort il y’a, cela devient un grand événement où le lecteur prend en pitié le méchant car comme par hasard on a découvert que le méchant n’est pas si méchant.
Point négatif maintenant :
Les réalisateurs de l'animé, ont réussi à rendre le personnage de Shun synonyme de tappette certainement parceque ses stratégies se concentrent plus dans la défensive que dans l'offensive, qu'il a une armure rose (et de long cheveux), armure protégée par la constellation d'Andromède (qui au demeurant est une femme), qui grand pacifiste dans l'âme préfère le dialogue aux poings (bref quelqu'un d'intelligent) et préviens souvent son ennemi avant d'entamer un combat, dans le but d'éviter un bain de sang inutile. Oui je parodie mais dans l'animé, si je me rappelle bien, Shun n'a battu tout seul qu'un nombre inférieur d'ennemi par rapport à ses cooéquipiers et ne doit en général son salut qu'à son frère Ikki, ou alors à l'intervention d'un de ses amis. Cependant il est bon de dire que Shun est important, car en dehors de son rôle d'allié (parfois de faire-valoir) il a sauvé la vie à plusieurs reprises, en dehors des combats, à ses amis, notament Hyoga. C'est d'ailleurs le personnage qui reste le plus en harmonie avec son caractère, et sa constellation (Andromède est connue pour son sacrifice, sauvé par Persée, mais qui en mourrant deviendra une constellation) et il n'oublie pas ses origines. D'ailleurs Shun a subi l'entrainement le plus dur (avec Ikki) c'est le premier à avoir réussi à exploiter au mieux son cosmo (avant l'histoire, lorsqu'il a passé avec brio l'épreuve pour être chevalier d'Athéna) et qu'il a maitrisé son armure avant même de la porter.
De plus c'est ce personnage qui deviendra l'élément directeur de l'arc Inferno. D’ailleurs Esus m’a très justement rappelé que quand Shun utilise Nebula Storm mieux vaut pas pas être en face de lui ou qu’il a maitrisé le 8ème sens.

Je critique aussi le personnage de Saori. Ce qu’a fait l’auteur d’elle est répétitif, le manga se décline comme ca : elle se met en mauvaise position fragile où elle utilise son cosmo pour prendre sur elle tous les dommages de la terre (Asgard + Poséidon+Chapitre Hadès) ou qu’elle est toujours touchée et il faut que seiay et les autres la sauvent (certes c’est leur rôles mais bon). Il faut attendre le chapitre Hadès pour la voir prendre son premier commandement qui est d’interdire l’entrée au sanctuaire à ses amis de Bronze (certes c’est pour qu’ils aient une vie normale) même si au final de la série elle devient plus ferme et réussit même à tendre un piège à son grand ennemi ; même si on prend en compte qu’elle n’a pas disposé de beaucoup de temps pour assimiler le fait qu’elle soit Athéna et qu’elle s’y prépare elle n’en demeure pas moins à cheville de l’Athéna du XVIIIème siècle qui est Sacha (mais les circonstances étaient différentes).
Quant aux armures, mon jugement va être purement subjectif mais…on a une séparation en deux des armures. Les armures divines sont juste magnifiques (comme celle de Hyoga et de Seiya) , ainsi que les armures d’or (à quelques exeptions comme celles du Bélier) mais les anciennes armures des bronze étaient plus jolie je trouve que les nouvelles. Elles étaient plus jolies car elles rentraient dans un cadre plus grec, ceinturons, ect.. alors que ..les autres font d’avantage fusée spatiales mais n’oublions pas que d’une part c’étaient les gouts des années 80 d’autres part les Japonais et les occidentaux n’ont pas forcément les mêmes gouts. Pour revenir à un point plus objectif je déplore le manque de développement des armures des femmes chevaliers. La plupart des cas (sauf celle de la commandante de l’escadron des sirènes) elles se contentent souvent d’une épaulière, d’un diadème et de jambirère… ce qui est dommage tout comme l’absence de femme chevalier d’or…:/


Critique St Seiya fin (sanctuaire troisième partie, Inferno, Elysion)
Comme Esus la dit très justement, cette fin bénéficie d’un grand rajeunissement grâce aux effets d’animation. Mais pas seulement. Pour ma part, je pense que le chapitre Hadès est le meilleur de la saga. Car déjà il s’ouvre non pas sur les héros Seiya et compagnie mais sur les chevaliers d’or. D’ailleurs cette partie nous fournit beaucoup de renseignements sur la guerre sainte notement avec le retour de Dohko de la Balance. Cela permet entre autre de « rattraper » le retard sur le développement des chevaliers d’Or. En effet depuis le chapitre Poséidon Seiya, Hyoga, Shiryu, Shun et Ikki ont été interdit d’entrée au sanctuaire, mesure radicale prise par Saori pour les obliger à mener une vie normale, arrêter de se mettre en danger pour la protéger ect… (ce que bien sur ils ne feront pas).
Le sanctuaire chapitre Hadès est la partie de l’animé qui mérite d’être vu. Les combats sont magnifiques (certes moins que Lost Canvas) l’intrigue n’est pas si évidente et l’issue est indéterminée (y’en a qui survivent…mais pas tous, alors qui survit ?) , tout comme Lost canvas ce sont les chevaliers d’or qui construisent le récit ce qui permet de souffler après 120 épisodes à chasser le phénix et le cygne avec le dragon sur un dos de pégase pour sauver la demoiselle (WTF ?) ; plus sérieusement durant les 13 épisodes qui constituent l’arc du sanctuaire troisième partie on ne s’ennuie jamais et bien que l’ambiance soit sombre on ne manque pas de rire aux piques que lance souvent Milo du Scorpion à Aiola du Lion . Les combats, tout comme dans Inferno ne manquent pas d’intérêt, même si cela reste très shônen on l’apprécie surtout le combat philosophique de Shaka !
Concernant les Inferno, il fait un peu office de grand final : on voit enfin la réponse à certaines de nos questions : avec un combat qui réunit tous les chevaliers survivants d’Athéna, L’auteur nous offre un final de grande qualité qui fait souvent défaut à d’autres mangas. Bien sur le tout ponctué de séquences à ne pas rater et lève le voile sur les plus mystérieux personnages comme Pandore. Pour l’arc Elysion on assiste à un final grandiose avec des armures magnifiques, laffrontement final amorcé dans Lost Canvas avec les dieux jumeaux Hypnos et Thanatos ainsi que l’apparition de Saori dans son armure (même si cette gourge a réussi à trébucher devant Hadès) et l’on comprend enfin que tout était calculé, et qu’Athéna est Déesse de la Guerre mais aussi Déesse de la Sagesse…


III-les Synopsis
(note de Roronoa Seiky : sauf pour les quelques lignes écrites en Comic sans MS, les synopsis sont intégralement d'Esus).

Lost Canvas
Italie du XVIIIème siècle, Tenma, Alone et sa petite soeur Sacha sont trois orphelins inséparables malgré la différence de caractère, si Tenma est téméraire, Alone est plutôt un artiste sensible. Après que Sacha se soit fait adoptée, Tenma s'ets fair remarqué par un chevalier d'or, et c'est son tour de quitter l'orphelinat pour se former à deveir un protecteur d'Athéna en vue de la guerre qui se prépare contre Hadès , jurant à son ami Alone qu'il reviendra dans ce village en qualité de chevalier...cependant à son retour Tenma est bien devenue chevalier du Pégase, mais il voit par lui même que son grand ennemi, Hadès, s'est ré-incarné dans la personne d'Alone.... La guerre Sainte peut commencer.

The Lost: la légende d’Hadès, est un manga dont les bases du scénario ont été posées par Masami Kurumada. Il est écrit et mis en image par Shiori Teshirogi. Il s’inscrit dans l’univers fictif de Saint Seiya.

La version française du manga est publiée par l’éditeur français Kurokawa. 25 tomes sortis(série finie) et déjà 2 séries d'animation qui respectent bien l'histoire.

Cette série raconte une histoire se déroulant durant la Guerre sainte du XVIIIe siècle et lève le voile sur le lien d’amitié entre l’incarnation d’Hadès (un jeune garçon nommé Alone) et le Chevalier de Bronze de Pégase de l’époque, Tenma.

On y retrouve notamment Dohko (le vieux maître de Shiryû) de la Balance, ainsi que Shion du Bélier, ressuscité par Hadès lors de la Guerre Sainte du XXe siècle. Nous y découvrons également les Chevaliers d’Or de l’époque : Rasgado du Taureau, Deutéros des Gémeaux, Manigoldo du Cancer, Régulus du Lion, Asmita de la Vierge, Cardia du Scorpion, Sisyphe du Sagittaire, El Cid du Capricorne, Dégel du Verseau et Albafica des Poissons.
Spoiler:
 

St Seiya Episode G.
Pour fêter ses trente ans de carrière, Masami Kurumada, le créateur de la série, décide de se remettre au travail. Sept ans avant le tournoi intergalactique qui ouvre classiquement l’histoire, cette aventure nous entraîne à la suite des Chevaliers d’Or et plus précisément du Chevalier du Lion.

En 1979, le Chevalier d'Or du Lion, Aiolia, supporte la suspicion des habitants du Sanctuaire depuis la trahison et la mort de son frère Aiolos. Pendant ce temps, une force puissante se prépare à attaquer le Sanctuaire : les Titans veulent libérer Cronos en reprenant son arme cachée dans le Sanctuaire.

Ce nouveau manga est plus porté sur Aiolia le Chevalier d'or du Lion, considéré comme un traitre à cause de son frère Aiolos, soupçonné de tentative d'assassinat sur Athéna.

Quelques années plus tard, Aiolia Chevalier d'Or du Lion accomplit de nombreuses missions pour le sanctuaire afin d'effacer la traitrise de son frère accusé d'avoir attenté à la vie du Grand Pope. L'histoire nous présente Cronos, titan qui semble avoir pervertit le Grand Pope afin de tuer Athéna.

Ici les chevaliers qui sont de simples humains luttent contre les plus anciens dieux du monde, ils parviendront à les mettre en échec et à l’emporter sur ces divinités maléfiques.

À l'aide d'intrigues secondaires dans le premier tome, la série essaie d'expliquer comment le Sanctuaire continue à exister dans le monde de la fin du XXe siècle (ce que Saint Seiya essaya de faire avec les premiers chapitres avant de ne conserver que les luttes entre les Chevaliers de Bronze et les serviteurs de dieux adverses).

De plus, chaque volume du manga comporte un ou plusieurs interludes (ou Gaiden) qui explorent ou découvrent un peu plus la personnalité ou le passé des principaux protagonistes. La vie quotidienne au Sanctuaire y est également explorée donnant un peu plus de corps à l'œuvre. Également, et contrairement à la série originelle plutôt simpliste dans ce domaine, les manipulations entre les leaders des différents camps sont nombreuses et fréquentes et tendent à embrouiller l'intrigue. Ainsi d'entre Saga, Pontos et Cronos, il est difficile de savoir lequel manipule qui (ou se fait manipuler par qui).

Dans cette nouvelle série, les glorieux chevaliers d'or combattent les Titans des temps mythologiques: Cronos, Hypérion, Coeos, Japet, Crios, Océan, Rhéa, Thémis, Mnemosyne, Thethys, Phoébé, Theia ainsi que les Géants et autres créatures ou héros de cette époque lointaine et révolue. On retrouve aussi Pontos et Gaïa, 2 divinités primordiales.

Pour le moment: 17 volumes.
Note rajout : il semblerait que l’histoire traite aussi de l’amitié entre une petite fille et le chevalier du Lion Aiola, que le type de dessin serait plutôt Shojo (ca ma fait un choc quand j’ai vu) mais bien que différent du style de Lost Canvas, il serait réputé tout de même pour sa qualité, le sens du détail très poussé et que l’histoire se centre plus sur la psychologie que les combats….A vérifier.

St Seiya sanctuaire.
Le sanctuaire est la première partie de saint seiya on y découvre tout d’abord comment nos héros (les chevaliers de bronze : Seiya de pégase, Hyoga du cygne, Shun d’Andromède, Shiryu du dragon et Ikki du phœnix gagnent leur armure dans leur différents centre d'entrainement. Ensuite durant un tournoi ikki chevalier du phœnix devenu méchant vole l'armure du sagittaire, ils devront combattre les chevaliers noirs). Là commence donc cette quête afin de la retrouver.
St Seiya sanctuaire deuxième partie
Suite à tout ça commence ensuite la quête des 12 maisons du sanctuaire seiya et ses amis chevaliers de bronze doivent se surpasser et atteindre le 7eme sens afin de sauver Athéna et rejoindre la dernière maison
St Seiya série Asgard (animé uniquement)
C'est sur les terres enneigées d'Asgard, équipées de nouvelles armures (généreusement saignées par les chevaliers d'or survivants) que les 5chevaliers de Bronze se dirigent accompagnés dans leur quête par Saori. En effet le dieu de la Mer Poséidon prévoit la fonte des glaces pour innonder le monde, pour sauver le monde Saori choisit encore et toujours de sacrifier son cosmo pour limiter les dégats tandis que les chevaliers de bronze devront affronter les étoiles maléfiques de la princesse Hilda de Polaris et la sauver elle même du maléfice de Poséidon.
Spoiler:
 

Saga Poséidon

L'histoire de la saga Poséidon commence directement a la fin de celle d'Asgard, car c'est Poséidon lui même qui a envoûté la princesse Hilda de Polaris , et cela ne lui a pas plut quand elle a été sauver par Athéna et les chevalier de bronze donc ils enlève la déesse pour l'amener dans son palais sous marin, les chevalier de bronze se lancent donc à sa poursuite pour la sauver mais aussi pour sauver le monde car en même temps, la colère de Poséidon se déferle aussi sur le monde, les chevaliers de bronze devront pour cela détruire tous les piliers qui soutiennent chaque océans, cela veut dire 7 piliers chacun gardé par un général qui le défendra jusqu'à la mort, ces guerriers sont Biann de l'hippocampe, gardien du pilier du Pacifique Nord, Eo de Scylla, gardien du pilier de Pacifique Sud, Krishna de Chrisaor, gardien du pilier de l' Océan Indien, Kasa de Lymnades, gardien du pilier de l'Antarctique, Isaak de kraken , gardien du pilier de l'Océan Arctique, Kanon le dragon des mers, gardien du pilier de l'Atlantique Nord, puis enfin Sirène de Sorento, gardien de l'Océan de l'Atlantique Sud, une fois ces 7 pilier détruit les chevalier devront détruire le pilier centrale qui se trouve dans la cour du palais de Poséidon, afin de libérer Athéna qui est enfermée a l'intérieur.

Chapitre Final Hadès.
Hadès est la suite de la saison de Poséidon et la dernière concernant l’histoire de saint seiya. En résumé, l’histoire se déroule à moitié dans le sanctuaire d’Athéna et au royaume d’Hadès. L’histoire relatée ici est la guerre sainte opposant les forces du sombre monarque du royaume des morts aux défenseurs du bien et de la justice que sont les saints d’Athéna.

Le dernier volet de l’œuvre de Mr KURUMADA bénéficie d’un grand rajeunissement par rapport aux précédentes saisons. En effet, l’utilisation de la 3D et du dessin par ordinateur donne un coup de vieux aux anciens épisodes, ce qui n’est pas pour nous déplaire.
Spoiler:
 

S’en suit une course poursuite dans les enfers et le combat contre les 108 spectres d’Hadès. Les chevaliers parviendront jusqu’au mur des lamentations, là les derniers chevaliers d’or vont se sacrifier pour permettre à nos héros de bronze de gagner :
Par delà les confins de l'espace et du temps...

Si on parvient à traverser l'infinité de cet océan de lumières

On fini par atteindre un monde.

Loin en amont du fleuve Achéron...

Il est dit qu'il existe une plaine sans fin de l'autre côté du Léthé.

Un lieu paradisiaque, ou seuls les élus des dieux sont autorisés à se rendre après leur mort.

Il ne connait ni famine, ni conflits, ni souffrance, ni tristesse.

Une terre sacrée, libérée de toute peine et de l'emprise de l'instinct...

Ce lieu se nomme "Elysion" !

Spoiler:
 

En arrivant à l'Elysion, Seiya se trouvera face à Thanatos mais le chevalier Pégase se retrouve en difficulté face au dieu de la mort ainsi que les autres chevaliers de Bronze jusqu'à l'intervention miraculeuse d'une force divine vaine mais un miracle s'est produit.

Encore une fois merci à Esus , pour m'avoir permise de reprendre son post initial et d'avoir répondu patiement à toutes mes questions ainsi qu'à Rhadamanthe pour son INFINIE gentilesse, sa générosité sans égale, sa patience extrême, son dévoument spectral envers St Seiya, et pour m'avoir éclairer sur les pistes obscurs et accesoirement mon fournisseur de lots canvas papier !! ca mérite un ptit shojo ca nan?

POur aller plus loins :

Site :
http://saintseiyafanblog.kazeo.com/
Vidéo humouristique
https://www.youtube.com/watch?v=aQ0yOmtl96A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
DOSSIER SPECIAL ST SEIYA
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossier toys Saint Seiya premier chapitre quasi over !!
» CD Saint Seiya - The Hades (Meiô Hades Special Album)
» La Myth Cloth du Sagittaire spécial version Saint Seiya
» Fanarts St Seiya... de moi ^^
» [Dossier] Les Boards Game Saint Seiya

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animé-Land :: Animé-Land :: Les fiches mangas :: Shônen-
Sauter vers: